Actions artistiques - Avec les acteurs locaux - Musique - Résidences - Résidences de recherche - Résidences de territoire - Saison 2019-2020 - Saison 2020-2021

Résidence : Julie FANDI / SOLO

du 3 au 7 août et du 5 au 9 octobre 2020

Julie FANDI

musique

« Solo. Seule sur scène. Silence du théâtre.
Ma voix.
Me remplir de silence.
Ma voix.
Habiter le silence dans l’immobilité. Donner de l’ampleur au silence qui m’habite.
Rompre le silence par le bruit des mouvements.
Du silence dans les circonvolutions de ma voix.
Silence et amplitude sonore.
Habiter le silence du théâtre.
Y emmener des sons, des objets peut être ? Des sons et des objets de ma vie seule.
Seule, seule, seule, solitude.
Seule, prendre toute la place, seule occuper tout l’espace sonore.
Et laisser – peut-être – déborder – enfin – ma lumière. »

Cette première étape de travail sera suivie d’une deuxième semaine de résidence à la recherche de témoignages et de sons. À Bouxwiller, des personnes ayant passé la période de confinement seules chez elles seront invitées à témoigner, à partager avec l’artiste les bruits qui ont constitué leur environnement sonore à ce moment là.

Le Théâtre du Marché aux Grains, interface entre artistes, habitants et citoyens favorisera la rencontre entre Julie FANDI et des habitants prêts à lui livrer une part de leur intimité. Cette co-construction imaginée presque comme un « porte-à-porte » est une façon de (re)tisser des liens, de donner la parole à celles et ceux qui n’ont pas pu ou peu échangé pendant cette période hors du commun.

Ces silences particuliers, ces témoignages seront d’autres formes à explorer. L’artiste les prendra comme base pour emmener ses compositions et ambiances dans des directions nouvelles.

L’aboutissement pourrait être un solo où les créations originales traverseraient ces différentes formes de solitudes. L’artiste se donnera comme contrainte de garder quelque chose de reconnaissable des matériaux qui lui auront été transmis.

Un fil se déroulant d’une solitude à une autre,
pour – peut-être – jeter les bases – enfin – d’une communauté de solitudes.