Danse - Résidences - Résidences de recherche - Saison 2020-2021

Stammtisch #2 : DIRtywork

samedi 20 février 2021 à 19h30 au Théâtre Christiane Stroë

Omeo Dance / Rosalind CRISP


danse contemporaine / sortie de résidence (et repas partagé, si le contexte sanitaire le permet)

Présentation : entrée libre. Repas et une boisson (pour ceux qui le souhaitent) : 8€. Réservation obligatoire pour les deux.

Résidence de recherche du 15 au 19 février 2021 dans le cadre du C.R.I. (Centre de Recherche pour l’Improvisation).

DIRtywork est un « dance-talk » de 40 minutes de Rosalind CRISP de son projet DIRt (Dance In Regional Disaster Zones).
Située dans sa région d’origine, East Gippsland (Australie) – une région maintenant dévastée par les feux de brousse et la déforestation – DIRt demande ce que peut faire la danse? Comment la danse peut-elle incarner, comprendre et se connecter à l’escalade de la crise environnementale en Australie? Comment danser? Et pourquoi danser quand nos «lits brûlent»?

DIRt a été lancé par Rosalind en 2017 avec des artistes et des écologistes travaillant dans les forêts dévastées du sud-est de l’Australie. Dans DIRtywork, une pièce très personnelle, Rosalind développe une forme performative avec laquelle elle communique la complexité, la tragédie et l’absurdité de ses expériences vécues.

Habitués du Théâtre du Marché aux Grains, Rosalind CRISP et Andrew MORRISH, pointures internationales dans leurs domaines, reviennent cette année après n’avoir pu venir en résidence lors de la saison 2019-2020.

Ils ont les années précédentes mené plusieurs stages et ateliers pour amateurs et professionnels, et ont présenté au public du Théâtre du Marché aux Grains différentes pièces de danse improvisée, seuls ou à plusieurs ou à l’issue de résidences ou de stages.

Sur Rosalind CRISP :

Rosalind CRISP est l’une des artistes principale de danse contemporaine australienne.
En 2015, la France lui a décernée un Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres. Pendant plus de trente ans, elle s’est engagée dans une critique physique radicale de la danse. Elle a généré de nombreuses œuvres en solo et en groupe, informée par son engagement rigoureux et expérimental avec le corps.
En 1996, elle fonde le studio Omeo Dance, le foyer de danse expérimentale à Sydney pendant dix ans.
Invitée à Paris en 2002 par Michel Caserta, elle devient l’artiste associée de l’Atelier de Paris-Carolyn Carlson pendant dix ans, développant sa pratique et ses créations en étroite collaboration avec de nombreux artistes français notamment Céline Debyser et Max Fossati et l’érudite en danse, Isabelle Ginot.
En 2013 elle est retournée dans son pays natal pour découvrir à son grand choc un pays ravagé par la déforestation, ce qui l’a poussée à créer le projet DIRt (Danser dans les régions dévastées).