Arts Visuels - Avec les acteurs locaux - Exposition - Festival - Saison 2018-2019

Festival Kuckuck / Exposition

Du mercredi 24 au dimanche 28 avril et du jeudi 2 au dimanche 5 mai 2019 de 14h à 18h au Musée du Pays de Hanau, 3 place du Château, 67330 Bouxwiller

AKM (Alter Kranker Mann)

Exposition de travaux digitaux

AKM revient au Festival Kuckuck et au Musée du Pays de Hanau, après l’installation vidéo de l’édition précédente, il présente ici une exposition de travaux digitaux :

« Une mer qui dérape dans le ciel, des façades qui virent au gothique, un visage trop connu qui se décompose par étape, une fausse porte qui s’ouvre réellement sur une menace surpixelisée, une barbe surmontée d’un amas trépidant, des surfaces de couleurs électroniques déchiquetées, des aplats criards et haletants, lacérés par des fragments tranchants. Ces images donnent un aperçu des infinies variations du chaos numérique.

Elles arrivent par vagues, selon d’obscures nécessités. Parfois nées de l’analogique, parfois issues de la pure soupe numérique, elles sont les fruits de calculs et de manipulations virtuoses, elles se développent à partir de codes altérés et d’algorithmes pervertis.

Puis elles se fragmentent et se contractent pour parcourir de multiples connexions, pour faire irruption dans les boites de réception de divers destinataires. Certaines s’installent en fond d’écran, d’autres sont stockées dans des dossiers saturés de stridences, et d’autres encore sont encadrées et exposées. Dans tous les cas, elles suggèrent des fulgurances.

1.L’image est toujours la trace d’une autre image. On y cherche l’image d’origine, les indices qui permettraient de la reconstituer, on tente de comprendre la nature d’un processus de décomposition qui n’a peut-être jamais eu lieu.

2. Le cercle y révèle sa véritable nature, suite de minuscules angles droits ; il n’y a pas de courbe, la morsure de l’angle droit est la réalité de toute forme. Nous n’avions pas vu qu’à l’intérieur de la douceur d’un galbe se cache la dentition des arêtes, mais l’illusion d’optique nous laissait un espoir auquel ces images veut nous faire renoncer.

3. L’auteur est aussi musicien, ces images sont évidemment sonores. Teinte, forme et juxtaposition ; tonalité, résonance et rythme. Regarder et écouter ; voir et entendre.

4. Le chaos numérique qui y règne reflèterait-il le chaos psychique de leur créateur ? Ces images seraient-elles des IRM en couleur de ces secousses cérébrales qu’on appelle « inspiration » ? Produire ces images serait alors une thérapie : extérioriser l’angoisse et le trouble pour s’en débarrasser, pour se soulager. Alternatives à la parole déversée chez le psychothérapeute, elles appartiennent à la médecine magique de la déjection : ce qui n’est plus en nous ne nous affecte plus. En nous faisant voir ce qui l’affecte, l’auteur irait-il mieux ?

5. Ces images constituent le dernier avatar en date du baroque. Elles manifestent tous les débordements du baroque, son penchant pour le trop plein et la multiplication des détails. Elles envahissent le regard, irradient la paume des mains, saturent la pensée. Le baroque numérique est radioactif.

Polit Buro

Tarifs : entrée du Musée
Tarif réduit sur présentation d’un billet d’entrée pour le festival Kuckuck 2019

Tout le Festival Kuckuck 2019 et le reste de la programmation :
http://theaboux.eu/festival-kuckuck-3eme-edition/