Avec les acteurs locaux - Festival - Musique - Saison 2019-2020

Festival Kuckuck / A Crack in Everything : Trajectoires de Leonard COHEN

dimanche 3 mai 2020 à 11h au Musée Judéo-Alsacien (62A Grand-Rue, 67330 Bouxwiller)
(suivi du film documentaire sur Leonard COHEN Bird on a Wire à 14h au Théâtre Christiane Stroë et par des lectures de poèmes du chanteur dans les jardins de l’EHPAD – Maison de retraire de Bouxwiller à 16h30)

Christophe LEBOLD

conférence d’après sa biographie
Leonard COHEN, L’Homme qui voyait tomber les anges

« Entre le New York des sixties, le Montréal d’après-guerre, une île grecque et de nombreux monastères, le poète et chanteur Leonard COHEN aura sans cesse tissé les fils d’une vie cosmopolite et organisé son existence comme un jeu de cache-cache métaphysique avec Dieu, les femmes et les chambres d’hôtels.

Cette conférence étudiera les carrières successives et nombreux masques de celui qui fut tour à tour poète juif provocateur, troubadour existentialiste et un crooner déguisé en maître Zen, sans jamais perdre de vue le but du poète, qui était simple : sonder sans cesse ce cœur qui brûle dans nos poitrines, changer le noir en lumière, et écrire (comme avant lui le roi David) l’alléluia définitif. »

Durée : 1h30
Entrée libre
Petite restauration au Théâtre Christiane Stroë à partir de 12h

Sur le livre :

Leonard Cohen, L’Homme qui voyait tomber les anges,
Christophe LEBOLD, Édition augmentée (Camion Blanc, novembre 2018)

Quatrième de couverture :
« Être Casanova et être un moine. Être un plaisantin et un mélancolique. Être un poète, une star, un troubadour et un ange : être Leonard Cohen. Toute sa vie, l’éternel passant aura déplié sa trajectoire en amoureux du paradoxe, sans cesser de faire ce qu’il fait le mieux : aller de ville en ville, séduire les femmes et raviver nos cœurs.
Entre New York, Montréal et l’île grecque d’Hydra, Leonard Cohen : L’homme qui voyait tomber les anges suit à la trace cette vie cosmopolite menée comme un perpétuel dialogue avec Dieu, avec soi-même et avec les avalanches.
On y verra comment six décennies de pessimisme lumineux et des milliers de nuit passées à l’hôtel ont changé un petit poète juif qui envoie des fleurs à Hitler en un crooner électro spécialisé dans l’humour noir.

Au rythme d’une stimulante analyse de l’œuvre, le livre mène l’enquête sur les prières froides et les chants d’amour de Leonard et surtout sur cette voluptueuse gravité qui fait de lui un très redoutable archange infiltré dans le rock. Sa mission : nous montrer que la lumière est l’autre face du noir. »

Sur l’auteur :

Auteur d’une thèse de doctorat consacrée aux masques et aux voix de Bob Dylan et Leonard Cohen et Bob Dylan, Christophe Lebold est maître de conférences à l’Université de Strasbourg (France) où il enseigne la littérature américaine et la culture rock.
Pendant des années, il a voyagé sur les traces de Leonard Cohen, qu’il a rencontré à Los Angeles, et avec qui il a eu l’honneur de longtemps correspondre.
Son livre Leonard Cohen, L’Homme qui voyait tomber les anges, d’abord publié en novembre 2013, puis en édition augmentée à l’automne 2018, a été salué aussi bien par des revues universitaires que par la presse culturelle.
Également traducteur, acteur et metteur en scène de théâtre, Christophe Lebold étudie depuis des années la voie du Bouddhisme Zen. Il aime les poètes, les chats et les êtres sensibles, même très petits.

Critique/presse :
«  J’ai le plus grand respect pour l’intelligence qui a produit ce livre. »
Leonard Cohen

« Entre biographie érudite, exégèse lumineuse et métaphysique du cœur brisé, voici la somme qu’on espérait sur Leonard Cohen. À part Gilles Tordjman, personne n’a mieux salué que Christophe Lebold l’œuvre du poète juif amoureux du Christ. »
Bernard Loupias, Le Nouvel Observateur, 30/01/2014

“It’s marvelous and highly recommended. Crammed with photos, footnotes, a blizzard of evidence, of fantastic research and opinion: this is ESSENTIAL »
Jim Delvin, auteur de Leonard Cohen in his Own Words

« Christophe Lebold, biographe et analyste très inspiré, explore en profondeur les résonances des chansons et note que le ‘métaphysicien du cœur brisé’ ne dresse pas un constat accablé sur l’état du monde, au contraire. »
Jean-Luc Porquet, Le Canard Enchainé, 24/09/2014

« Le Meilleur livre sur Leonard Cohen »
Jean-Luc Porquet, Le Canard Enchainé, 16/11/2016

« Une érudite, vibrante et inspirée monographie consacrée à l’intemporel créateur de Hallelujah »
Myriam Perfetti, Marianne, 16/10/2014

« Kaléidoscope de plans d’ensemble de la constellation Cohen et de plans rapprochés – sur telle femme aimée, tel lieu habité, telle chanson – ce travail est un trésor : l’esprit du rock a soufflé par là et vibration rime avec érudition. »
Vincent Dussol, Transatlantica, 02/03/2014

« Un pavé érudit et amoureux sur le canadien errant [qui] ne s’arrête pas aux dates et aux faits. »
Emmanuel Dosda,Poly,Mars 2014

« Cohen à cœur ouvert : une somme qui retrace la singulière geste poétique de Leonard Cohen à égale distance entre le vif, le savant et la passion. Le biographe inspiré cristallise les différentes mues de l’homme qui voyait tomber les anges et retisse sa quête existentielle. »
Dernières Nouvelles d’Alsace, 14/06/2014

« Un travail impressionnant : Christophe Lebold a choisi une forme littéraire pour son hommage et gagné sur les deux tableaux. Le livre se hausse au niveau de son sujet, ce qui n’est pas peu dire. »
Eric Naulleau (critique sur Paris Première)

« Une réflexion totale sur Leonard Cohen, sa poésie et le personnage, un grand livre doté d’un vrai style qui fait ressentir l’âme du poète. »
Pierre Chaprilloz Réservoir, radio Arc-en-Ciel radio, 6/12/2013

« Cohen s’en va. […] Un poète immense, auquel Christophe Lebold a consacré une somme merveilleuse, L’Homme qui voyait tomber les anges qui s’ouvre par le triptyque de l’homme grave, de l’errant et du métaphysicien des cœurs brisés. »
Daniel Bougnoux, La Croix, 13/11/2016

Tout le Festival Kuckuck 2020 et le reste de la programmation :
http://theaboux.eu/festival-kuckuck-4eme-edition/